La psychologie positive ou l’art de trouver le bonheur en soi

C’est dans la nature de l’être humain de vouloir chercher toujours plus loin ce qu’il a tout près de lui. Le bonheur est une quête permanente. Quelque que soit notre niveau social, notre âge, notre genre, nous recherchons à nous sentir mieux, à vivre mieux et nos comportements semblent tous obéirent à sa cette logique.

 

1. Plus qu’un objectif, le bonheur est un chemin des connaissances

Nos vies tendent à trouver la réponse aux questions incessantes, tantôt silencieuses, tantôt hurlantes sur le bonheur; Où se cache t-il ? Quel chemin emprunter, quelles ressources utiliser , quels pays parcourir, quelles civilisations interroger ?

Nous pouvons aisément trouver plus de réponses que de questions sur le sujet du bien-être et du bonheur. Certaines sont basées sur des études scientifiques d’autres sur des expérimentations personnelles ou encore des révélations spirituelles…autant de pistes qui nourrissent notre chemin d’enseignements plus riches les uns que les autres.

 

Le bonheur a sa science : la psychologie positive

L’institut français d’EMDR nous présente la psychologie positive comme « la Science du bonheur » précisant qu’elle étudie les émotions, les traits de personnalité et les institutions qui marchent.

Loin du cliché réducteur à la pensée collective (je vais bien tout va bien de Coué), la psychologie positive est présentée  par le Dr Christophe André  comme « une réflexion scientifique sur le fonction humain optimal ». Une façon de s’intéresser à l’amélioration du bien-être en se concentrant sur l’étude de ce qui construit notre santé et non plus seulement sur ce qui l’entrave. En sorte, toujours selon Christophe André, la psychologie positive est « l’application à l’esprit du concept de « santé active » pour le corps.

Nous avons ainsi tous la possibilité de cultiver le bien-être. Grâce à la pratique de la méditation en pleine conscience par exemple, en cultivant nos pensées positives, en améliorant notre communication, … il s’agit d’une approche préventive tout aussi efficace que les précautions recommandées dans le concept « santé active ».

L’association française et francophone de psychologie positive (AFfPP) nous présente les 3 préoccupations majeures sur lesquelles reposent la psychologie positive : les émotions positives, les traits individuels positifs et les institutions positives.

Le site de l’AFfPP précise que certains des objectifs de la psychologie positive permettent de construire une science qui prend en charge l’étude scientifique et la validation d’applications concrètes dans les domaines suivants :
  • Les familles et les écoles qui permettent aux enfants de s’épanouir
  • Les milieux de travail qui favorisent la satisfaction et la productivité élevée
  • Les collectivités qui encouragent l’engagement civique
  • Les thérapeutes qui s’appuient sur les points forts de leurs patients
  • L’enseignement de la psychologie positive
  • Des interventions de la psychologie positive dans les organisations et les communautés

2. Un trésor caché au fond de soi

Dans notre quête du bien-être et du bonheur, nous avons tendance à nous focaliser sur des tas d’obstacles et de raisons qui nous empêchent d’avancer et de nous sentir bien. Toutes des sources extérieures bien entendu. Nous sommes tellement occupés dans nos pensées à faire le compte de ce qui nuit à notre bien-être que nous ne percevons pas les scintillements de sa présence. Or la recherche du bonheur nous ramènera inévitablement à nous et la psychologie positive est là pour nous le rappeler et nous guider.

 

Tous les chemins du bonheur passent par nous, alors plus de fausses excuses, il suffit de commencer à mieux écouter et regarder ce qui se passe ici et maintenant. Cela peut même commencer par méditer cette citation de Omar Khayyam :

Sois heureux un instant, cet instant c’est ta vie (Omar Khayyam)

 

Bonus : Télécharger la note de Christophe André sur la Psychologie positive